Manchester City 0-1 Chelsea : la bataille du milieu

Après la correction infligée à White Hart Lane à Tottenham (5-1), Manchester City recevait Chelsea en favori. Les Blues, accrochés à domicile par West Ham (0-0) et qui avaient l’occasion de revenir à hauteur de leurs adversaires du soir, ont cette fois-ci remporté le match tactique qui opposait Manuel Pellegrini à José Mourinho. Le Portugais a ainsi réussi l’incroyable performance d’empêcher City de marquer un but à domicile, la première fois depuis trois ans.

Les effectifs

Par rapport à l'équipe débutant face aux Spurs, deux absents notables : Aguero, remplacé par Dzeko aux côtés de Negredo devant, et Fernandinho, qui laisse sa place à Demichelis dans l'entrejeu.

Par rapport à l’équipe débutant face aux Spurs, deux absents notables : Aguero, remplacé par Dzeko aux côtés de Negredo devant, et Fernandinho, qui laisse sa place à Demichelis dans l’entrejeu.

En face

En face, Willian remplace Oscar en soutien de Samuel Eto’o. A noter la titularisation de la nouvelle recrue Matic, aligné avec David Luiz dans l’entrejeu.

Le milieu de terrain de Chelsea s’impose

Dès le coup d’envoi, Manchester City pose le pied sur le ballon et tente d’imposer son jeu. Le 4-2-3-1 s’avère en réalité être un 4-4-2 avec Dzeko et Negredo aux avants-postes. David Silva est une nouvelle fois l’électron libre des Citizens, puisqu’il constitue le troisième élément du milieu de terrain mancunien avec Touré et Demichelis. Contre Tottenham, l’ancien joueur de Valence a constamment déstabilisé l’arrière garde des hommes de Sherwood, profitant des décrochages de Dzeko ou Aguero pour s’infiltrer derrière le double pivot Bentaleb-Dembelé. Hier soir face à Chelsea, la paire Matic-Luiz, aidée par Willian, a fait la différence dès le premier but des hommes de Mourinho. Pourtant, l’espace dont Silva a profité a mis en difficulté la défense adverse en début de match, subissant les nombreux assauts des attaquants mancuniens. José Mourinho a ensuite réussi à sortir la tête de l’eau face à la fluidité du milieu de terrain des Skyblues.

Sans titre-2

C’est au milieu de terrain que Chelsea a remporté le match. Le triangle mancunien, formé de Demichelis, Touré et Silva, a parfaitement été contenu par la triplette Matic, Luiz et Willian, aidée par la présence de Ramires dans l’entrejeu (formant en réalité un quatuor). L’ancien joueur du Shakhtar, tout comme Oscar, fait ici tout ce que n’a pu apporter Juan Mata lors de son récent passage à Londres.

City passe sur les côtés

Le milieu de terrain perdu, Manchester City penche ainsi sur le côté pour tenter de centrer en direction de Negredo ou Dzeko, Kolarov côté gauche, Zabaleta et Navas à droite. C’est d’ailleurs de ce côté que le jeu des hommes de Pellegrini penche. Jesus Navas, lui, ne décroche pas et reste souvent collé sur son côté tel un vrai ailier, à l’inverse de David Silva qui, de l’autre, décroche énormément vers l’axe, l’arrière et à droite.

Sans titre-1

Manchester City a tenté 40 centres durant la rencontre (pour 10 réussis).

Manchester City a tenté 40 centres durant la rencontre (pour 10 réussis).

Malgré une belle insistance de la part de Manchester City, les joueurs n’ont réussi que 10 centres, soit un centre sur 4 qui a trouvé preneur.

Sans titre-1

Sur le côté gauche, Kolarov, esseulé, n’a pas d’autre choix que de revenir sur Demichelis. Le côté droit offre cependant plus de solutions.

Sans titre-5Grâce à ce positionnement de Chelsea, les Blues ont donc pu se créer de nombreuses occasions dangereuses grâce à leur qualité première : la contre attaque.

Le double pivot mancunien en difficulté et les contres de Chelsea

Avec ses deux milieux relayeurs déjà sous pression en phase offensive, Manchester City s’est rapidement retrouvé dépourvu de force défensive par le manque de discipline de Yaya Touré et Martin Demichelis. L’Argentin n’a pas pu offrir à City ce que Fernandinho faisait à merveille, et la liberté offensive octroyée aux deux joueurs a largement profité à Chelsea, qui, avec la qualité de son attaque (et surtout Hazard, fantastique hier soir), n’en demandait pas plus.

Les contres de Chelsea sont redoutables. Demichelis, pressé par Willian, perd le ballon et offre à Matic le début d'une énorme occasion pour les Blues, gâchée par Ramires puis Willian.

Les contres de Chelsea sont redoutables. Demichelis, pressé par Willian, perd le ballon et offre à Matic le début d’une énorme occasion pour les Blues, gâchée par Ramires puis Willian.

Ramires, Hazard et Willian font preuve d’une grosse détermination sur cette action. Alors qu’ils marquaient chacun un joueur sur le corner précédent, ils se projettent immédiatement vers l’avant pour se libérer des Citizens et pouvoir se procurer facilement des occasions importantes.

Et c’est l’ouverture du score de Branislav Ivanovic qui sera la parfaite illustration de tous ces problèmes.

Sans titre-3Eden Hazard, qui élimine au départ deux joueurs pour basculer le jeu sur le côté droit, est indispensable aux contres de Chelsea. Le Belge s’inflitre régulièrement entre les lignes, est souvent démarqué et par ses dribbles, a déstabilisé une défense de Manchester City déjà en difficulté. Touré marche sur le but d’Ivanovic et fait preuve de son impuissance défensive, tout comme Demichelis. On peut alors se demander pourquoi Manuel Pellegrini n’a pas titularisé Milner, même si Fernandinho fait énormément de bien dans l’entrejeu des Skyblues.

L'image proposée par Sky Sports met en exergue un constat frappant : Silva, qui doit prendre Ivanovic, est complètement à l'opposé du terrain sur le but du Serbe.

L’image proposée par Sky Sports met en exergue un constat frappant : Silva, qui doit prendre Ivanovic, est complètement à l’opposé du terrain sur le but du Serbe.

Deuxième mi-temps

La seconde période n’a pas changé grand chose au déroulement de la rencontre. Chelsea a au contraire commencé à avoir la possession de balle pour gérer le reste de la rencontre. Tout en gardant la même solidité défensive, les Blues ont ainsi touché trois fois les poteaux après l’ouverture du score. Manuel Pellegrini semblait pourtant avoir compris le problème de ses joueurs. En faisant entrer Jovetic à la place de Negredo peu avant l’heure de jeu, Manchester City a bénéficié d’un milieu de terrain supplémentaire aux côtés de Touré, Demichelis et Silva face à ceux de Chelsea, le Monténégrin évoluant plus en position de meneur de jeu avancé. Mais rien n’y fit.

Conclusion

Emmenés par un superbe Eden Hazard, les hommes de José Mourinho, qui a gagné la bataille tactique du soir, ont pris le dessus sur des Citizens qui ont fait preuve d’un cruel manque de discipline défensive, notamment avec les deux milieux relayeurs Touré – Demichelis. Le score aurait même pu être plus sévère si les Blues avaient été plus réalistes. Tous impliqués par le travail défensif, volonté du Special One, les joueurs londoniens ont montré qu’ils étaient des candidats plus que sérieux au titre, et reviennent désormais à hauteur de leurs adversaires, et à deux points du leader Arsenal. Manchester City devra désormais résoudre le problème de jouer sans Fernandinho et Aguero, si importants à l’accoutumée.

Publicités