L’analyse tactique de France – Suisse (5-2)

Après une victoire facile sans opposition contre le Honduras (3-0), l’Equipe de France était confronté à son premier gros rendez-vous de la compétition, contre la Suisse. Malgré la 6ème place de sa sélection au classement FIFA, Ottmar Hitzfeld a buté sur un nouveau grand match de la part de son homologue Didier Deschamps, qui a peu à se reprocher et dont les choix ont permis une victoire facile hier, même avec deux changements majeurs dans son effectif de départ. La France est quasiment qualifiée pour les huitièmes de finale.

Les formations

Deux grands changements donc à noter côté Français. Pogba est laissé sur le banc tandis que Moussa Sissoko le remplace. Antoine Griezmann, titulaire face au Honduras, permet de revoir l'association Giroud - Benzema en oeuvre.

Deux grands changements donc à noter côté Français. Pogba est laissé sur le banc tandis que Moussa Sissoko le remplace. Antoine Griezmann, titulaire face au Honduras, permet de revoir l’association Giroud – Benzema en oeuvre.

Hitzfeld a également choisi de remplacer deux joueurs par rapport au onze titulaire contre l'Equateur. Drmic cède sa place à Seferovic, buteur cette semaine, en pointe de l'attaque. Mehmedi remplace Stocker côté gauche.

Hitzfeld a également choisi de remplacer deux joueurs par rapport au onze titulaire contre l’Equateur. Drmic cède sa place à Seferovic, buteur cette semaine, en pointe de l’attaque. Mehmedi remplace Stocker côté gauche.

La maîtrise française

Il n’a pas fallu longtemps pour apercevoir la domination des Bleus en ce début de match. Omniprésents au pressing, les Français font preuve d’entrée d’une grande discipline tactique. Et c’est au milieu que le match a surtout été gagné, puisque les deux milieux helvètes Valon Behrami et Gokhan Inler ont complètement été dominés par leurs adversaires du soir. Matuidi n’a cessé de suivre Behrami, alors que Sissoko a harcelé de près Inler. Si tous les joueurs de l’Equipe de France ont pu jouir d’une grande verticalité, Sissoko, titulaire surprise, a également été incroyable par son activité et sa capacité à bloquer le couloir gauche suisse, alors que Ricardo Rodriguez semblait en être la plus grande menace. L’arrière de Wolfsburg n’a quasiment jamais existé. Même quand Debuchy laissait de l’espace dans son dos pour Rodriguez, Sissoko suivait son vis-à-vis malgré sa position assez excentrée sur le terrain et il fut rare de voir un surnombre suisse sur les côtés. Le constat est aussi frappant sur l’autre aile, où Matuidi, auteur d’un très grand match, a également contenu Lichtsteiner mais également Behrami, aidé par Karim Benzema, lorsque Evra ou Debuchy étaient attirés par une course vers l’intérieur de Shaqiri ou Mehmedi. L’Equipe de France a d’ailleurs très souvent effectué un pressing total grâce à l’aide de ses deux milieux de terrain, comme en atteste le second but français, parti d’une récupération rapide.

Les bleus très disciplinés en début de rencontre.

Les bleus très disciplinés en début de rencontre.

Sans titre-4

La France a d’ailleurs a apporté le danger comme souvent par les courses vers l’avant de Matuidi, et de Sissoko cette fois-ci. C’est justement grâce à la supériorité créé par l’ancien Toulousain que les Français ont pu déstabiliser rapidement le double pivot napolitain Inler – Behrami puisque celui-ci a régulièrement pris le couloir droit quand son équipe était en phase offensive, permettant les nombreux décrochages de Mathieu Valbuena pour mettre à mal un milieu de terrain suisse bien à la peine hier, laissant le couloir droit à Sissoko et Debuchy. La belle occasion trouvée à la 75ème minute en est le parfait symbole.

Valbuena s'est glissé entre les lignes à de nombreuses reprises.

Valbuena s’est glissé entre les lignes à de nombreuses reprises.

La France a quelques failles

Dans l’autre camp, le match était quand même faible. On pouvait noter dès le coup d’envoi la décision de la première ligne de pressing constituée par Seferovic et Xhaka de ne pas attaquer le porteur du ballon quand celui-ci était un défenseur central et le manque de tranchant dans les interventions de la part de leurs coéquipiers, qui illustre parfaitement la chute de la tête de série de ce groupe E. Mais si la rencontre a semblé être à sens unique, les Bleus ont par moment montré quelques signes de fébrilité lorsque Shaqiri décrochait. L’ailier du Bayern s’est ainsi retrouvé tout au long du match sur le couloir gauche et très souvent derrière Yohan Cabaye. Cela a offert quelques occasions à la Nati mais la faiblesse des autres attaquants suisses n’ont pas permis à leur sélection de marquer jusqu’au coup franc victorieux de Dzemaili, mais la Suisse a toutefois frappé 17 fois au but durant la partie. Cela pourra être plus dangereux quand la France rencontrera une formation assez fluide et assez talentueuse offensivement en huitième de finale ou en quart, mais l’attaque helvète a quand même été hier très inoffensive.

Une des plus grosses occasions suisses de ce match est causée par la mobilité de Shaqiri qui fait un appel côté gauche alors que Debuchy suit Seferovic, qui va l'éliminer par son contrôle orienté. Raphaël Varane ne pourra pas prendre deux joueurs à la fois et Shaqiri sera ensuite servi mais bien stoppé par Hugo Lloris

Une des plus grosses occasions suisses de ce match est causée par la mobilité de Shaqiri qui fait un appel côté gauche alors que Debuchy suit Seferovic, qui va l’éliminer par son contrôle orienté. Raphaël Varane ne pourra pas prendre deux joueurs à la fois et Shaqiri sera ensuite servi mais bien stoppé par Hugo Lloris

Les passes de Shaqiri, qui est donc resté assez peu sur son côté droit.

Les passes de Shaqiri, qui est donc resté assez peu sur son côté droit.

Deuxième période et coaching

A la mi-temps, Hitzfeld ne fait aucun grand changement puisque Dzemaili remplace Behrami pour du poste pour poste. La même chose sera constatée lorsque Seferovic laisse sa place à Drmic. Son manque de réactivité face à la déroute subie peut être critiquable mais le score était déjà lourd pour pouvoir espérer quoi que ce soit. Didier Deschamps lui, fait le choix à la 62ème minute de sortir un attaquant, Olivier Giroud, pour un milieu de terrain, Paul Pogba, et de passer en 4-1-4-1.

Sans titre-8

La seconde période a démarré ainsi du même acabit côté français, et le quatrième but est venu justement du nouvel entrant Pogba, auteur d’une ouverture délicieuse vers Benzema, profitant du mauvais placement suisse (67ème minute). Le cinquième but, lui, est le symbole parfait des problèmes des hommes d’Ottmar Hitzfeld puisque Cristian Rodriguez, pourtant inexistant sur le plan offensif, délaisse complètement son couloir à Sissoko qui en profite lui aussi pour participer à la fête (73ème minute). La Nati a par la suite été moins menaçante, mais a quand même réussi à sauver l’honneur par un coup franc lointain de Dzemaili (81ème minute). Le deuxième but inscrit par Xhaka n’est lui qu’anecdotique et est autant dû à la passivité du milieu français qu’au placement hasardeux de la défense mais n’est finalement que peu révélateur des problèmes posés par la Suisse.

Les passes de Sissoko, qui a bloqué son couloir droit d'excellente manière.

Les passes de Moussa Sissoko, qui a bloqué son couloir droit d’excellente manière.

Conclusion

Tout (au presque) a donc réussi à Didier Deschamps hier soir. Si le choix de titulariser Sissoko à la place de Pogba était discutable avant la rencontre, plus aucun doute ne fut émis au vu de la prestation du joueur de Newcastle, excellent comme la majorité de ses partenaires. La décision de titulariser Olivier Giroud peut sembler plus évidente au vu de ses récentes prestations en bleu mais elle souligne également le génie tactique de Didier Deschamps dont le match tactique peut être considéré comme référence à ce niveau, et le match affiché par ses joueurs est de très bonne augure pour la suite. Toutefois, malgré le score important, ce succès doit être nuancé par les quelques solutions trouvées par une Suisse très faible hier soir mais qui pourront être plus importantes lorsque l’adversaire sera plus fort. Mais la rencontre prolifique d’hier soir constitue une très belle promesse pour le reste de la compétition.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s